Le développement en questions

Accueil > Nos archives > N° 141 : 2007, un début de bascule ? > 3 DOSSIER > Article 7 : Ouvrages et publications reçus Comptes-rendus rapides

Article 7 : Ouvrages et publications reçus Comptes-rendus rapides

dimanche 25 janvier 2015

Ouvrages et publications reçus
Comptes-rendus rapides

ChickenFlu OPERA, Hannès Lammler, L’esprit Frappeur, Paris 2007.
Sous ce titre mystérieux, que l’on peut traduire en Français par Opération grippe aviaire, se cache une analyse approfondie des mécanismes qui ont conduit à la création de l’oligopole mondial de l’élevage industriel des poules, depuis la recherche scientifique jusqu’aux techniques financières les plus sophistiquées, et une dénonciation des conséquences désastreuses de la marchandisation du vivant sur notre environnement et notre santé. Nous ne pouvons mieux faire que de reprendre, avec son autorisation, le courrier adressé à l’auteur par Christian Jacquiau, expert comptable connu pour ses deux ouvrages Les coulisses de la grande distribution (éd. Albin Michel, Paris 2000) et Les coulisses du commerce équitable (éd. Mille et une nuits, Paris 2006).
« Le 18 octobre 2005, les autorités Roumaines décidaient l’abattage des volailles dans un village du Delta du Danube soupçonnées d’être porteuses du fameux virus H5N1. La mesure fut aussitôt accompagnée de la mise en quarantaine médicale avec isolement complet de la population de huit villages de la zone concernée. Leurs habitants ont eu, cette fois-ci au moins, plus de chance que Joe Paddington, le paysan de ChickenFlu Opera, victime de cette incroyable psychose qui menace la planète entière des consommateurs abusés.
ChickenFlu Opera ? C’est le nom de code qu’a retenu Hannes Lammler pour son Opération grippe aviaire. Les passionnés de biologie moléculaire pourraient être déçus. Qu’on ne s’y trompe pas, derrière ce titre quelque peu énigmatique se cache un petit bouquin génial, passionnant et documenté, sérieux mais plein d’humour, précis mais non technique, accessible à tout un chacun souhaitant comprendre les rouages du néolibéralisme. La poule et l’œuf, la grippe aviaire… ne servent ici que de prétexte à l’auteur pour nous inviter à refaire le chemin inverse et comprendre comment ce que l’on appelle de façon générique « la mondialisation » finit par avoir les effets les plus inattendus dans notre assiette mais bien pire encore, conditionne notre vie. Au point de nous imposer un modèle de société qui nous broie chaque jour davantage dans ce qu’Hannes Lammler appelle une véritable « basse course aux œufs d’or ». Comment transformer en robot à protéines une poule mondialisée, uniformisée, standardisée et rationalisée grâce aux « progrès de la modernité » ? Qui, comment et pourquoi orchestre-t-on la rumeur et la peur dans ce monde insoupçonné ? Serait-ce la fin de la culture paysanne et de la paysannerie, en un mot la fin des paysans qui guetterait à la moindre alerte sanitaire ? Serons-nous les Joe Paddington de cette incroyable histoire qu’écrivent pour nous les transnationales de la chimie et autres géants de l’agroalimentaire et de la grande distribution ? Entre la poule et l’œuf, ne sommes-nous pas les cultivateurs de ce monde qui vient ?
Au travers de cet ouvrage sans concession Hannes Lammler nous amène à revisiter le monde agricole, celui de la finance internationale, du laisser faire laisser aller politique totalement dépolitisé. Il nous amène à réfléchir au devenir d’un monde auquel une poignée d’apprentis sorciers font perdre ses repères. Les manipulateurs de tout poil ont manifestement gagné la première manche, celle de la déréglementation, de la dérégulation, de la destruction écologique et sociale, au profit de puissants trusts anonymes. Nous laisserons nous enfermer plus longtemps dans ces poulaillers idéologiques que concoctent pour nous les architectes de ce monde sans issue ? Une à une les fragiles barrières tombent pour permettre au libre renard d’accéder au libre poulailler. À l’heure où ceux que nous élisons pour défendre et promouvoir l’intérêt collectif transforment l’acte de ressemer des graines, sans passer par l’incontournable case « redevance aux semenciers », en un délit passible des foudres des tribunaux de la République [voir l’affaire Kokopelli contre la S.A.S. Baumaux], élever une poule en plein air n’est plus très loin de l’acte de résistance.
En à peine plus d’une centaine de pages (hors annexes riches et abondantes) ChickenFlu Opera nous plonge tout à la fois dans le monde paysan, celui de l’agroalimentaire, de la finance et de la monnaie. Il foisonne de citations, de notes, de renvois, de sources et d’anecdotes qui en font un instrument incontournable de travail, de recherche et de débat. Une approche originale, relevant d’une véritable mission de salubrité publique et d’éducation populaire ! Il faut pourtant bien l’avouer, en refermant ce livre salvateur le lecteur ne saura pas davantage qui de la poule et de l’œuf est à l’origine de son autre…
Le vieux débat reste donc ouvert. Mais une chose est certaine : après ChickenFlu Opera, il faudra désormais compter avec Hannes Lammler, ce chercheur atypique et indépendant, mêlant pour le plus grand bonheur de ses lecteurs la rigueur de ses origines suisses allemandes à l’humour et à la joie de vivre de ces gens du midi dont il partage la vie depuis de nombreuses années, associant étroitement convictions inaltérables, militantisme inoxydable et mode de vie engagé au quotidien. Au moment où tout se banalise, se normalise et où la conquête de l’image a remplacé tout discours politique et projet de société, ce bienfaisant petit livre jaune est une véritable invitation à la résistance.
Opération grippe aviaire ? À consommer sans modération, avant que ce ne soit le contraire… ».

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.