Accueil > Numéros anciens > N° 170, les Palestiniens, janvier-mars 2015 > Chronologie succincte de la Palestine

Chronologie succincte de la Palestine

mercredi 14 octobre 2015

24 juillet 1922 : la Palestine est placée sous tutelle britannique par la Société des Nations. Cette mise sous tutelle est entendue comme une phase préparatoire à une indépendance. En mars 1923, les frontières de la « Palestine mandataire » sont définitivement arrêtées après la révision de son tracé Nord. Elle recouvre les espaces occupés aujourd’hui par Israël, la Cisjordanie et Gaza.
1936 : premiers mouvements de protestation et de résistance palestiniens face à l’immigration que connaît le pays.
26 novembre 1947 : la Couronne britannique abandonne sa tutelle sur la Palestine et confie le règlement de la question à l’Organisation des Nations unies (ONU). Cette dernière élabore un plan de partage qui prévoit la naissance de deux États indépendants, la ville de Jérusalem étant placée sous mandat international.
14 mai 1948 : l’indépendance de l’État d’Israël est proclamée. Les tensions suscitées autour du plan de partage de l’ONU dégénèrent en conflit armé. Il s’accompagne d’un exode massif de la population palestinienne, la Nakba (le désastre). À son issue, en 1949, le cessez le feu s’accompagne du tracé de nouvelles frontières (la « ligne verte ») : la Galilée occidentale, la partie Nord de la bande de Gaza, une partie de l’Ouest de la Cisjordanie et la partie Ouest de Jérusalem (Jérusalem-Ouest) sont rattachés à Israël. Gaza est placée sous administration égyptienne et la Cisjordanie et la partie Est de Jérusalem (Jérusalem-Est) sont annexées par la Transjordanie (aujourd’hui la Jordanie).
Fin octobre et novembre 1956 : la France, la Grande-Bretagne et Israël entrent en guerre contre l’Égypte. L’armée israélienne occupe Gaza et une grande partie du Sinaï avant que de s’en retirer, remplacée par des « casques bleus » installés par l’ONU le long de l’ancienne ligne de front.
1959 : création du Fatah par Yasser Arafat.
1964 : création de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), à l’initiative de la « Ligue arabe ». En 1967, le Fatah rejoindra l’OLP.
5 au 11 juin 1967 : suite au retrait des « casques bleus », la « guerre des six jours » se déclenche. De manière unilatérale, l’armée israélienne occupe et prend le contrôle de la Cisjordanie et de Gaza (ainsi que du plateau du Golan et du Sinaï). Le 27 juin 1967 Israël décide de la réunification de la ville de Jérusalem par l’annexion de cette ville. Jérusalem sera, par la suite, proclamée capitale inaliénable de l’État hébreux. Le 22 novembre 1967, le Conseil de sécurité de l’ONU adopte la résolution 242 qui prescrit un retrait de l’armée israélienne des territoires occupés et une mutuelle reconnaissance de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance de chaque État.
1987 : création du Hamas à l’initiative du mouvement des Frères musulmans.
1987-1993 : première Intifada (soulèvement), mouvement de grande ampleur qui touche l’ensemble des territoires occupés. En 1988, l’OLP reconnaît le droit à l’existence de l’État d’Israël, ce qui se traduit par la reconnaissance internationale de l’Organisation comme représentant du peuple palestinien.
13 septembre 1993 : les accords d’Oslo (Oslo 1) sont conclus entre Yitzhak Rabin et Yasser Arafat. Ils constituent une déclaration de principes suivant lesquels sont reconnus par les deux parties, d’une part le droit de l’État israélien à vivre en paix et dans la sécurité et d’autre part la reconnaissance de l’OLP comme représentant du peuple palestinien.
28 septembre 1995 : le second accord intérimaire d’Oslo (Oslo 2) fait suite au premier accord. Il met en place un pouvoir exécutif palestinien, l’Autorité palestinienne (AP), et un législatif, le Conseil palestinien. Cet accord comporte également un plan de partage des compétences sur les territoires occupés, éclatés entre une zone A sous la compétence exclusive de l’AP, une zone B où l’AP exerce une responsabilité en matière civile alors que l’État israélien garde la charge des questions de sécurité et une zone C où l’État d’Israël est responsable en ces deux matières. Cet accord reconnaît également la compétence exclusive d’Israël envers les citoyens israéliens établis dans les territoires occupés. Le caractère intérimaire de cet accord laisse entendre que de nouvelles négociations devaient être conduites en vue d’un accord définitif. Cette troisième étape de règlement du conflit n’a pas abouti en dépit des efforts de négociation menés à Camp David (juillet 2000), à Taba (janvier 2001) et de l’initiative de Genève (décembre 2003).
Janvier 1996 : l’AP dont Yasser Arafat est devenu le Président est installée à Ramallah.
2001-2004 : seconde Intifada : l’embrasement des territoires occupés s’accompagne de l’opération « rempart » menée par l’armée israélienne (29 mars-avril 2002) qui occupe temporairement les principales villes palestiniennes. Les combats qui en résultent sont violents et entraînent de nombreuses victimes et la destruction d’infrastructures importantes de l’AP.
Été 2005 : Israël se retire de Gaza, après en avoir évacué les colons qui y résidaient.
Juin 2006-juin 2007 : après l’enlèvement d’un de ses soldats, l’État d’Israël décrète le blocus de Gaza. La victoire électorale du Hamas en janvier 2006 et sa prise de pouvoir à Gaza entraîne un renforcement du blocus qui, parfois temporairement assoupli, n’a jamais été levé depuis.
27 décembre 2008-18 janvier 2009 : l’armée israélienne mène contre Gaza l’opération « plomb durci ». Pour Gaza le coût humain est lourd, de l’ordre de 1 400 victimes et les destructions matérielles sont très importantes.
8 juillet-26 août 2014 : l’armée israélienne mène contre Gaza l’opération « bordure protectrice ». Les pertes humaines sont à nouveau très lourdes, de l’ordre de 2 100 victimes, alors qu’environs 20 000 logements sont détruits ou rendus inhabitables.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.