Le Pape François et l’économie : continuité et renouveau

Le Pape a reconnu lui-même n’être pas un économiste bien qu’il estime devoir aborder certaines questions qui en relèvent comme les migrations, le réchauffement climatique et même le commerce international. De tels thèmes, en effet, ne peuvent être traités, selon lui, sans considérer les conséquences des politiques suivies notamment sur le plan humain. S’insérant ainsi dans le dialogue qui s’instaure entre les mouvements sociaux, il n’est donc pas étonnant que certains y voient une confirmation de leurs options tandis que d’autres prennent leurs distances avec ses affirmations. Cette situation risque de faire considérer le discours social de l’Église comme étant seulement l’un de ceux qui prennent part aux débats publics. Tandis que certains lui reprochent de s’en tenir à des principes généraux1, d’autres se réjouissent de ce qu’il ait entendu la voix des évêques américains en s’abstenant d’affirmations trop tranchées2 ou d’autres expriment leur espoir que le pape accepte de prendre quelques leçons d’économie3. Quelques lumières peuvent-elles être apportées dans ce concert de voix dissonantes ?

Pour lire la suite du texte de Joseph Joblin s.j. cliquez sur le lien ci-dessous

http://informations-et-commentaires.nursit.com/IMG/pdf/le_pape_francois_et_l.pdf