Le développement en questions

Accueil > Nos archives > N°174 juin 2016, Action humanitaire et développement > Dossier > Transition humanitaire en Côte d’Ivoire : idéologies et pratiques des acteurs (...)

Transition humanitaire en Côte d’Ivoire : idéologies et pratiques des acteurs à l’épreuve de la demande locale

mercredi 22 juin 2016, par Djané ADOU (dit FATOGOMA)

Introduction

La Côte d’Ivoire sort progressivement de plus de dix ans de conflit politico-militaire dont les conséquences sur les populations ont suscité une réponse humanitaire. En effet, après la mort du premier président du pays en 1993 qui était au pouvoir depuis 1960, les tensions politiques liées à sa succession se sont entrainées sur le champ militaire avec un coup d’État en 1999. En 2002, une autre tentative de coup d’État, va se transformer en une rébellion armée qui s’installe sur la moitié nord du territoire jusqu’en 2011. Les arrangements politiques de résolution de ce conflit vont se solder par une guerre entre décembre 2010 et avril 2011, après l’élection présidentielle de sortie de crise. Cette autre séquence du conflit va occasionner officiellement, selon la Commission nationale d’enquête, 3000 morts, de nombreux déplacés et des destructions massives de biens privés et publics . Un tel contexte de conflit militaire depuis 2002, et ses conséquences sur les populations associées à « l’incapacité » des structures de l’État à y faire face, vont déclencher l’intervention des acteurs internationaux et nationaux du champ humanitaire.

Pour lire la suite de cet article : http://informations-et-commentaires.nursit.com/IMG/pdf/transition_humanitaire_en_cote_d.pdf

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.